per chi suona la campana

La braise flambe en tes prunelles
Et tu reluis comme un miroir.
As-tu des pieds, at-tu des ailes,
Ma locomotive au flanc noir?

Voyez ondoyer sa crinière,
Entendez son hennissement
Son galop est un roulement
D’artillerie et de tonnere.

Donne l’avoine à ton cheval!
Sellé. bridé, siffle! et qu’on marche!
Au galop, sur le pont, sous l’arche,
Tranche montaigne, plaine et val:
Aucun cheval n’est ton rival.

Pierre Dupont, Le chauffeur de locomotive

* in copertina: Album (For whom the bell tolls) –
Anne Collier