“Musica, l’arte del fidanzamento perpetuo”

En Respirant

Parfois je respire plus fort et tout à coup, ma distraction continuelle aidant, le monde se soulève avec ma poitrine. Peut-être pas l’Afrique, mais de grandes choses.

Le son d’un violoncelle, le bruit d’un orchestre tout entier, le jazz bruyant à côté de moi, sombrent dans un silence de plus en plus profond, profond, étouffé.
Leur légère égratignure collabore (à la façon dont un millionième de millimètre collabore à faire un mètre) à ces ondes de toutes parts qui s’enfantent, qui s’épaulent, qui font le contrefort et l’âme de tout.
 

da La nuit remue –
Henri Michaux

 

 

* la frase del titolo è di Henri Michaux
** i dipinti sono dello stesso Michaux